étalage de jolies soutiens-gorge

J’ai toujours eu un frame de chat. Ben, un chat avec des seins, des fesses et des mollets, hein. Je n’ai jamais été Kate Moss, mettons, même à l’époque, où, étudiante à l’université, je pesais 88 livres. Bref, j’ai toujours eu des formes, mais comme mon poids oscillait entre 98 et 105 livres pour 5 pi 1 po, j’avais quand même l’air d’un petit chat. Ou d’un elfe. Genre.

Puis j’ai arrêté de fumer il y a cinq ans. Je vous en parlais ici. Depuis, ma silhouette est, comment dire, en expansion constante. Je sais bien que le vin et les croustilles ont quelque chose à y voir, ainsi que le fromage et le popcorn mangés en quantité, euh, industrielle. Comme je l’ai déjà dit, j’ai toujours été une grignoteuse compulsive. La différence avec aujourd’hui, c’est que je mangeais très peu aux repas. Je sais, pas très équilibré comme style de vie…

Mais depuis que la gynécologue m’a prescrit la pilule contraceptive (à prendre en continu pour éviter les SPM de la mort qui tue), j’ai TOUT LE TEMPS faim. Ajoutez à ça le fait que la périménopause s’est installée à demeure, avec son armada de joies (j’y reviendrai dans un autre billet bientôt, il y a trop à en dire) et vous obtenez un gain de poids de 50 livres. J’ai donc grossi de la moitié de mon poids normal en cinq ans!

Des seins plantureux

Ma poitrine, qui a toujours été généreuse, est devenue… philanthropique! Mes gros seins m’ont toujours complexée, mais quand je regarde mes soutiens-gorge 32 D, je les trouve maintenant tout mignons, parce que là, je prends du 36 H. Oui, H, comme dans A, B, C, D, E, F, G… H! C’est du bonnet, ça! Imaginez deux melons miel (ou deux cantaloups, allez-y selon vos préférences) dans une brassière, et ça vous donne une petite idée de ma situation. Difficile de faire du sport dans ces conditions.

OK, je me cherche TOUJOURS une excuse pour ne pas faire de sport. Mais là, je donnerais n’importe quoi pour pouvoir bouger. Juste faire une marche requiert pas mal d’énergie, surtout avec la fibromyalgie. Et je ne vous parle pas des maux de dos causés par la lourdeur des seins, des irritations cutanées, malgré le soutien-gorge le plus adéquat, etc. Parlant de soutiens-gorge, disons qu’on n’a pas beaucoup de choix de modèles dans cette taille… En fait, il n’y en a qu’un qui me fasse, un modèle sport de Wacoal (je suis TELLEMENT contente d’en avoir trouvé un!), mais l’armature est tellement rigide que mon chum manque de s’empaler chaque fois qu’il pose la tête sur cette partie de mon anatomie. (Oui, ça arrive assez souvent qu’il pose sa tête là.)

soutien-gorge sport beige

Et avez-vous déjà essayé de vous habiller quand vous avez une poitrine de cette envergure et des épaules étroites? Il n’y a RIEN qui tombe bien. R-I-E-N.

 Un cercle vicieux

Bon, tout ce détour autour de ma poitrine pour dire que j’ai l’impression d’être dans un cercle vicieux.

Je ne peux faire de sport à cause de cette satanée poitrine, donc je peux difficilement perdre du poids. Je sais que l’alimentation compte davantage que l’activité physique dans une perte de poids, dans une proportion de 80 %-20 %, mais quand même. Or, tant que je ne perdrai pas de poids, je ne pourrai pas subir de réduction mammaire.

En fait, je pourrais, mais le chirurgien me ferait sans doute un DD, pour que ce soit harmonieux avec ma silhouette du moment. Mais je veux du B, bon! Ou à la rigueur un petit C. Il ne s’agit pas d’un caprice, hein. Quand on se décide à passer sous le bistouri pour une grosse opération de ce genre, qui laisse son lot de cicatrices, on veut être top shape avant de le faire pour obtenir un résultat qui nous satisfasse.

Pas juste un problème de poids

Ça fait que pour le moment, je galère un peu. Je vous ai parlé de mon poids, jusqu’à maintenant, mais il y a plus.

Depuis deux ans, je suis dans une grande période de changements. J’ai effectué un retour aux études, je suis en train de faire un plan d’affaires à l’École des entrepreneurs pour lancer une entreprise en réseaux sociaux avec mon chum (si je ne l’éborgne pas d’ici là avec mon soutif :), je fais quelques petits contrats en attendant le dépôt dudit plan d’affaires (le 29 mars!), je vis dans la précarité financière, ce qui n’aide pas au sommeil (que j’ai toujours eu fragile par ailleurs), donc je me sens parfois un peu dépassée par les événements.

Et là, j’ai envie de me sentir mieux. Je ne suis pas idiote, je sais que ce n’est pas en buvant du vin, en mangeant des chips, du popcorn et du fromage tous les jours que je vais y arriver. (J’ai essayé et ça ne marche pas. 🙂

Ça fait que j’ai besoin d’aide. C’est là que je suis rendue. Arrêter le vin pour un bout ne suffira pas.

Et vous, vous avez déjà effectué de gros changements dans vos habitudes de vie? Je prends tous les conseils avisés. Merci, là!

Previous ArticleNext Article

This post has 3 Comments

3
  1. Wow je te lis, et j’ai l’impression de lire mon journal intime. Je suis passée de 95lb à 145lb, de 34B à 36DD, j’ai la fibromyalgie, des problèmes de dos et de cou (hernies et arthrose) et j’arrive pas à perdre de poids…. Mais j’ai quand même fait faire une réduction mammaire en octobre dernier car je n’en pouvais plus d’endurer mes seins!
    Je sympathise!

  2. Moi jai ce probleme aussi et jai trouver pour mon plus grand soulagement des soutiens super beau oui oui beau feminin qui as pas lair tout droit sortie du tiroire de grand maman lolll je porte tout depend de mon poids yoyo du g ou du i oui oui du i la presentement cest du g lol le site adoreme achat en ligne service rapide génial avec quand meme bcp de choix beau et pas super cher entre 39$ et 45$ le kit brassière bobette plusieurs style en plus et super confo et sexy essayer ca les filles ya meme des maillot de bain et bikini fait parfait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L.

Le wellness m’a tuée

vue en haut des nuages avec mots flottants, fibromyalgie, orl, yoga, ashram, véganisme, naturopathe, ostéopathe, gym, fitbit, psychologue, hypnologue, colon irritable, coloscopie, fodmaps, rhumatologue, kinésiologue, légumes bio

Au cours des dernières années, successivement, dans l’ordre et dans le désordre :

  • j’ai arrêté de fumer ET de boire en même temps
  • j’ai suivi un atelier de 12 semaines sur comment devenir végane et je le suis devenue, pendant ces 12 semaines, alors que je ne cuisine pas (je sais : Utopie is my middle name)
  • j’ai suivi le régime FODMAPS pour améliorer l’état de mon colon irritable et irrité, alors que je ne cuisine toujours pas (ça prend une application, câline, pour se retrouver dans la liste des aliments interdits)
  • j’ai consulté un gastroentérologue (et passé deux coloscopies… la joie)
  • j’ai consulté au moins trois naturopathes (pas en même temps, là)
  • je suis allée passer une fin de semaine dans un ashram
  • je me suis fait masser une fois par semaine pendant trois mois
  • je suis allée religieusement chez l’ostéopathe pendant six mois (il est super mignon, c’était pas vraiment une torture, hein)
  • j’ai suivi jusqu’à trois cours de yoga par semaine, alors que je souffre de fibromyalgie (disons que mon guerrier était trèèèèèès pacifique)
  • j’ai fait une thérapie avec une hypnologue
  • j’ai arrêté les produits laitiers pendant deux mois
  • j’ai assisté à une retraite de méditation silencieuse de trois jours
  • j’ai cherché en vain un pain sans gluten qui me procurerait autant de joie que le carré blanc de Première Moisson, sans trouver (non, je ne suis pas commanditée)
  • je suis allée au gym pendant neuf mois, trois fois par semaine, suivie de près par une kinésiologue
  • j’ai suivi un atelier de 15 semaines pour venir à bout de l’hyperphagie boulimique
  • j’ai consulté quatre ORL (non, pas en même temps)
  • je me suis acheté un bracelet Fitbit pour mesurer le nombre de pas que je faisais chaque jour, pour compter le nombre de calories que j’ingérais, pour calculer le nombre d’heures de sommeil chaque nuit
  • j’ai participé au festival Wanderlust
  • j’ai consulté une psychologue pendant deux ans
  • j’ai consciencieusement bu huit verres d’eau par jour
  • j’ai consulté un rhumatologue
  • j’ai arrêté de consommer du café
  • j’ai acheté des paniers des fermes Lufa pendant un an, alors que, faut-il le rappeler, je ne cuisine pas (mais mes jus verts étaient bons en ta…)
  • j’ai consulté un pneumologue
  • j’ai lu genre 500 livres sur tous ces sujets (et ce n’est même pas une blague)

Et ça, c’est juste au cours des trois dernières années. Imaginez 25 ans ! Je suis à bout.

L.

La nutritionniste et moi

8 pointes de pizza pointant vers le haut

Chaque fois que débutent mes rencontres avec la nutrionniste, je passe les 10 premières minutes à rouler des yeux. ?

C’est parce qu’elle me dit toujours des évidences: ce serait bien d’intégrer plus de légumes à votre alimentation; ce serait bien également de manger plus de fruits; au lieu de dîner d’un sandwich à la saucisse William suisse et d’une demi-tasse de Kraft Dinner, vous auriez pu opter pour seulement la saucisse, sautée avec des légumes et un peu de riz à grains entiers, etc. ?

Je sais qu’elle est là pour m’aider. C’est pour ça que je la paie. Et si je me targue d’avoir acquis pas mal de connaissances en nutrition au fil des ans, ben c’est un peu comme pas mal de mes passions dans la vie: c’est resté au stade de la théorie, parce que je passe rarement à la mise en pratique.

Saucisse et Kraft Dinner

Ça fait que j’avais envie de lui répondre que je savais déjà tout ça, que le plaisir de manger un sandwich à la saucisse William suisse, c’est un peu le fait que ce soit un sandwich, justement. Et qu’ajouter des légumes dans un Kraft Dinner, selon mon chum, ce serait une hérésie.

Je brandis toujours le fait que j’ai le symptôme de l’intestin irritable pour justifier que je ne mange pas de crudités, ce qui serait selon elle une bonne solution de rechange aux chips de temps en temps.

Faire des liens

Une fois les 10 premières minutes passées (bon, peut-être 20…), je commence à ne plus être sur la défensive et à écouter ce qu’elle me dit. Et je suis capable de faire des liens. Genre: c’est vrai que je tolère mal les crudités, mais c’est peut-être un peu parce que je n’ai jamais habitué mon organisme à en manger…

Ok, je n’aime pas les fruits frais en général (sauf les petits fruits). L’idée de manger une pomme me déprime. Ne me demandez pas pourquoi. Mais je peux manger de la compote de pommes, des pêches en conserve dans de l’eau, je peux mettre des morceaux d’ananas congelés dans du yogourt nature.

Je peux acheter des mélanges préparés de légumes et les faire cuire en même temps que du riz (j’en suis encore au riz basmati blanc, hein). Je peux acheter des betteraves déjà cuites et emballées sous vide pour me faire des salades.

Trucs et astuces adaptés pour les nulles en cuisine

Bref, elle me donne plein de conseils adaptés à moi, qui ne cuisine pas et qui ne développerai sans doute jamais une passion pour cette activité. Mais il y a des limites à manger des grilled cheese pour dîner et pour souper pendant trois jours de suite!

Je suis donc allée m’acheter des légumes frais et des légumes congelés, des fruits en conserve, de l’hummous, des craquelins santé, etc.

Et puis, quand on est revenus de l’épicerie, mon chum et moi, on a mangé une pizza congelée à la viande fumée et au bacon… ????

Ben quoi, Rome ne s’est faite en un jour, hein.